[Découverte] Le perce-oreille, le protecteur des plantes

Six pattes, des mandibules, des antennes… Je suis donc un insecte. Mais qu’est-donc, là, au bout de mon abdomen ? Une pince, des crochets ? Vous m’avez bien vite reconnu : je suis un forficule, ou perce-oreille. En voilà un drôle de nom d’ailleurs, pourtant, mes pinces (ou plutôt mes cerques, comme le disent les scientifiques) n’ont rien du tout contre vos oreilles. Elles me servent à impressionner ou à me défendre contre les prédateurs, oiseaux, araignées ou autres insectes, qui me voudraient du mal, mais seraient bien incapables de percer la peau humaine.

Je ne suis pas seul dans la grande famille des forficules : il existe plusieurs centaines d’espèces de perce-oreille de par le monde, dont plusieurs dizaines vivent en Europe. Mais le plus fréquent dans nos jardins c’est sans conteste moi, Forficula auricularia, le perce-oreille commun.

Dessin de perce-oreilles

En haut, un mâle perce-oreille, en bas, deux femelles dont une s’occupant de ses petits.

Chez moi, les mâles et les femelles se distinguent en un coup d’œil. Regardez bien mes cerques : sont-elles recourbées vers l’intérieur ? Je suis un mâle. Sont-elles droites et parallèles ? Je suis une femelle. D’ailleurs les femelles de mon espèce sont particulièrement admirables : elles font partie des très rares insectes qui s’occupent de leurs œufs puis de leurs petits. Elles les nettoient, les abritent et les protègent contre les attaques, jusqu’à ce qu’ils quittent le nid.

Je suis un insecte nocturne : je vis et je me déplace majoritairement la nuit. Du coup, pendant la journée, j’aime me faufiler dans des endroits sombres et peu accessibles et y rester camouflé jusqu’à ce que le soleil le couche. Un pot retourné rempli de foin ? C’est parfait, je peux me glisser dans un recoin entre les tiges et le pot me protège de la lumière. Difficile pour l’oiseau qui voudrait me manger de m’y retrouver. Un abri aussi pratique devient vite très couru et peut finir par accueillir une bonne dizaine de mes congénères.

Je me nourris de plein de choses différentes : des végétaux, des fruits très murs, des restes d’insectes, et j’adore aussi manger les pucerons et les acariens. Je peux donc être un allié précieux pour le jardinier, alors installez mon nichoir là où vous avez besoin de mes services, et je protègerai vos fleurs et vos fruits.

Tu veux fabriquer un nichoir pour les perce-oreilles ? C’est par ici ! Une question sur les perce-oreilles ? N’hésite pas, laisse-nous un commentaire en bas de cet article !

Crédits photographiques de l’image de titre : Licence Creative Commons par Chris Socrier

One Comment

  1. Pingback : [Atelier] Fabrique un nichoir à perce-oreilles | HONUA

Un commentaire, une question ?